Traumatisme vicariant et prise en charge personnelle - traite des personnes

En qualité de fournisseur de services, le parcours d'une personne victime de la traite peut vous affecter, et il se peut même que vous présentiez des symptômes de ce qui est connu sous le nom de traumatisme vicariant ou d'usure de compassion. Parmi ces symptômes, mentionnons le fait de penser continuellement à l'histoire de la personne victime de la traite, de souffrir de stress, d'irritabilité et de culpabilité, de ressentir une suspicion illégitime envers les autres et un intérêt grandissant pour certaines questions ou certains sujets. Le fait de prendre soin de vous peut prévenir l'apparition de ces symptômes et vous aider à épauler du mieux possible la personne victime de la traite tout au long du processus de guérison.

En tant que travailleuse de soutien auprès du tribunal, j’ai entendu de nombreux récits de traite des personnes, et j’ai commencé à avoir des pensées intrusives et à remettre en cause la société d’une manière assez inattendue. J’ai assisté à un concert la fin de semaine dernière. C’était merveilleux, grandiose, j’avais la tête pleine de musique, il n’y avait plus de place pour toutes ces pensées et images d’hommes achetant les faveurs de ces filles. C’était comme si la musique m’avait purifiée. Puis, pendant l’entracte, mon ami m’a dit : N’est-ce pas super de voir un groupe d’hommes honnêtes travailler ensemble pour réaliser quelque chose de beau? Et ma première pensée a été : Mais tu ne sais pas lesquels d’entre eux payent pour avoir des relations sexuelles avec des filles de 14 ans. – Jane, travailleuse de soutien auprès d’un tribunal en Colombie-Britannique

Voici quelques conseils pour prévenir le traumatisme vicariant et en soulager les symptômes dans le cas où vous en souffririez :

  • Faites un suivi régulier avec vos collègues ou un superviseur.
  • Définissez des objectifs et des attentes réalistes, puis fixez des limites raisonnables pour vous-même et vos clients.
  • Accordez-vous du temps pour réfléchir – sortez au grand air, écrivez un journal ou méditez.
  • Faites-vous plaisir et récompensez-vous pour le dur travail que vous faites.
  • Accordez-vous du repos et dormez suffisamment.
  • Faites de l'exercice physique de façon modérée et régulière – les courtes marches sont un bon moyen de gérer le stress.
  • Mangez sainement et buvez beaucoup d'eau.
  • Trouvez des exutoires appropriés pour exprimer les émotions difficiles et évacuer la frustration.
  • Faites le point sur la façon dont vous composez avec la situation – demandez aux autres de donner leur avis pour obtenir un point de vue objectif.
  • Adressez-vous à des professionnels si vous pensez que les symptômes de traumatisme vicariant s'aggravent ou persistent.

Prenez un moment pour réfléchir à votre propre santé à l'aide de cet outil d'autoévaluation (PDF).

 

Cliquez ici pour aller à la page précédente. précédente suivant Cliquez ici pour aller à la page suivante.

 

 

Tous droits réservés © Province de la Colombie-Britannique, 2014