Obtenir justice – Communiquer avec la police et les autres autorités

Comme on l'a vu dans le Module 3, une personne victime de la traite peut craindre la police et les autres autorités pour diverses raisons, y compris la peur d'être expulsée, arrêtée ou accusée de crimes qu'elle a été forcée de commettre. La peur peut l'empêcher d'accéder aux services dont elle a besoin.

La police ou une autre autorité peut jouer un rôle important pour apporter sécurité et protection à une personne victime de la traite. Toutefois, vous ne devez communiquer avec la police ou les autres autorités que si vous avez obtenu le consentement de la personne, sauf si :

  • La personne est dans une situation de danger imminent ou représente une menace imminente pour elle-même ou une autre personne, auquel cas vous devez suivre le protocole de votre organisme ou appeler le 911.
  • La personne est mineure, auquel cas vous devez suivre les protocoles de votre province relatifs à l'obligation de signaler le cas de mineurs ayant besoin de protection.

Mon histoire : Ne parlant ni anglais ni français, je ne pouvais communiquer avec personne d’autre que mes ‘employeurs’ ou mes ‘maîtres’ comme je les appelais. De plus, des menaces étaient proférées à l’encontre de ma famille vivant en Asie du Sud-Est afin que je demeure dans cet état d’asservissement. Je suis restée dans cette situation pendant deux ans, jusqu’à ce que j’apprenne l’existence du service 911 et que la colère prenne le pas sur la peur. – Leann

Écoutez l'audio suivante dans laquelle une ancienne victime de la traite des personnes décrit les points, et les personnes, qui ont permis de changer les choses dans son cas.

De petites choses qui font un différence

 

Cliquez ici pour aller à la page précédente. précédente suivant Cliquez ici pour aller à la page suivante.

 

 

Tous droits réservés © Province de la Colombie-Britannique, 2014