Fournir des services adaptés sur le plan culturel - traite des personnes

Il est important de fournir des services adaptés sur le plan culturel qui tiennent compte de la façon de réagir des personnes d'une culture différente face aux expériences vécues et au soutien reçu. Cela concerne aussi bien les personnes victimes de la traite à l'échelle internationale qu'à l'échelle nationale.

Dans l’exercice de notre travail guidé par les principes de respect et de défense des droits de la personne, nous souhaitons mettre en place nos services et nos programmes d’une manière qui soit compétente sur le plan culturel. Le savoir-faire culture désigne la capacité d’un individu et d’un professionnel de traiter chaque personne avec dignité, respect et justice. Cela sous-entend que les organismes mettent en place un ensemble de pratiques, de politiques et de comportements qui sont conformes aux principes d’équité, de justice et d’inclusion des différences culturelles, et qu’ils s’engagement à éliminer les injustices sociales envers les groupes culturels. – Pilar Riano, professeure agrégée du Centre Liu sur les questions mondiales, Université de la Colombie-Britannique

Points à considérer dans la collaboration avec des victimes de la traite aux antécédents culturels variés :

  • Honorez vos promesses. Dans de nombreuses cultures, les ententes verbales ont plus de poids que les ententes écrites.
  • Soyez conscient du fait que votre titre professionnel peut ne pas être connu par les personnes venant d'autres cultures ou créer des tensions. Définissez clairement votre rôle.
  • Demandez à la personne victime de la traite comment elle souhaite être aidée. Quelles sont ses attentes?
  • Ne proposez pas un calendrier et ne lui demandez pas de s'y plier.
  • N'imposez pas ou ne prévoyez pas un contact visuel direct.
  • Ne vous sentez pas obligé de répondre ou de combler les silences pendant les discussions. Ces périodes de silence peuvent être plus longues que ce à quoi vous êtes habitué, et elles peuvent être nécessaires pour la formulation des pensées.
  • Déterminez si la personne vient d'une culture à tendance individualiste ou collectiviste. Il peut être justifié d'intégrer la communauté ou la famille de la personne dans le processus de guérison.

Pour obtenir des renseignements sur le travail auprès des personnes autochtones au Canada, veuillez consulter la fiche de renseignements ci-après : Travailler de façon efficace avec les Autochtones (PDF).

L’une des choses les plus importantes que j’ai apprises en tant que travailleuse en service social individualisé auprès des victimes autochtones et non autochtones d’actes criminels est qu’il faut savoir écouter et prendre le temps nécessaire pour bâtir une relation de confiance. Bon nombre de nos clients nous mettent à l’épreuve, et je sais reconnaître quand la personne nous a accordé sa confiance. Une femme qui a été impliquée dans le commerce du sexe pendant de nombreuses années m’a confié qu’il lui a fallu un an et demi pour vraiment réaliser qu’on se souciait d’elle. Cela peut être très émouvant de recueillir des témoignages, d’écouter l’histoire d’une personne et de se mettre è sa place un instant. – Freda Ens, travailleuse en service social individualisé auprès de victimes de crime en Colombie-Britannique

Pour obtenir de plus amples renseignements sur la sensibilité à la diversité culturelle, le gouvernement de l'Alberta a publié un guide d'autoévaluation « permettant aux organismes des services sociaux de mieux comprendre l'adaptation des services sur le plan culturel, d'appliquer cette connaissance à leurs structures, politiques et procédures, et de planifier et mettre en oeuvre des pratiques qui tiennent compte des différences culturelles ».

 

Cliquez ici pour aller à la page précédente. précédente suivant Cliquez ici pour aller à la page suivante.

 

 

Tous droits réservés © Province de la Colombie-Britannique, 2014