Cas de traite à des fins d'exploitation sexuelle à l'échelle internationale

Mon Histoire : J’avais l’impression d’être un morceau de viande. Je souffrais physiquement et j’étais très fatiguée. Je n’arrivais pas à croire que j’avais fait ça… - Timea

Plusieurs cas de traite des personnes à des fins d'exploitation sexuelle à l'échelle internationale ont été relevés au Canada ces dernières années, par exemple :

Timea Nagy, une histoire vraie

Fille d'une mère policière, Timea Nagy est née à Budapest, en Hongrie. À 20 ans, Timea travaille en tant que productrice et réalisatrice vidéo dans son pays. À cours d'argent, elle répond à une annonce pour venir travailler au Canada comme aide ménagère ou bonne d'enfants. Dans les faits, à son arrivée, elle a été kidnappée, forcée de vivre dans des conditions effroyables et de travailler comme strip-teaseuse et dans des studios de massage. Elle a été exploitée dans le commerce du sexe de la région de Toronto pendant 10 ans avant de réussir à s'échapper.

Pour obtenir plus de renseignements concernant ce cas, veuillez utiliser le lien ci-dessous pour le documentaire Hope for the Sold (l'histoire de Timea commence à 11 min 45 s du début) :

Hope for the Sold (l'histoire de Timea commence à 11 min 45 s du début) :

Le cas de Jian Feng « Michael » Li

Après une enquête de deux ans qui s'est terminée à l'automne 2010, la GRC suspectait un Canadien nommé Jian Feng « Michael » Li d'avoir parrainé jusqu'à neuf femmes de Hong Kong au Canada, pour les forcer à travailler dans des maisons closes qu'il tenait dans le Lower Mainland de la Colombie-Britannique. Il se servait des petites annonces en ligne pour offrir leurs services sexuels. M. Li a été reconnu coupable et a reçu une peine d'emprisonnement.

Le cas de Michael Ng

Entre 2002 et 2004, un homme de Vancouver nommé Michael Ng a convaincu deux femmes chinoises de venir au Canada en leur promettant des emplois de serveuses dans son restaurant. Une fois arrivées sans problème en Colombie-Britannique en utilisant les faux documents de voyage fournis, Michael Ng leur a annoncé que le restaurant avait fermé. Il les a ensuite forcées à fournir des services sexuels à des clients d'un studio de massage dont il était le propriétaire, situé sur la rue Kingsway à Vancouver. Il leur a pris une grande partie de leur argent, mais ce n'est qu'après les avoir violemment agressées et menacées de les tuer que les femmes se sont échappées et qu'elles ont cherché de l'aide auprès du service de police de Vancouver. Il a été la première personne accusée au Canada de traite des personnes en vertu de la Loi sur l'immigration et la protection des réfugiés (PDF). Le juge ne l'a toutefois pas condamné pour cette infraction : Michael Ng a été déclaré coupable de plusieurs autres infractions, y compris le passage de clandestins et de plusieurs infractions liées à la prostitution en vertu du Code criminel du Canada.

 

Cliquez ici pour aller à la page précédente. précédente suivant Cliquez ici pour aller à la page suivante.

 

 

Tous droits réservés © Province de la Colombie-Britannique, 2014