Conclusions des communautés - traite des personnes

Les organismes communautaires et les fournisseurs de services, ainsi que les organismes autochtones et les communautés des Premières nations ont signalé de nombreux cas de traite qui échappent aux rapports ou aux statistiques officielles.

L'étude Human Trafficking in Calgary: Informing a Localized Response (PDF) présente les conclusions suivantes :

  • « Bien que le nombre de cas confirmés de traite de personnes à Calgary et en Alberta soit minime (surtout les cas où des accusations ont été portées) et que le nombre total de ces cas demeure inconnu, près de la moitié des informateurs indiquent qu'ils ont été en contact avec au moins une victime présumée de la traite. »
  • Les anciennes victimes de la traite des personnes à Calgary sont des ressortissants étrangers et des citoyens canadiens qui ont été exploités à des fins sexuelles ou de travail forcé.

Mon Histoire: J’ai essayé de me sauver quelques fois. La première fois que j’ai essayée, il m’a cassé tous les orteils et je ne pouvais plus marcher. J’étais enfermée dans la maison et c’est à ce moment-là qu’il a amené des homes. – Stacey

Une autre étude (PDF) résumant le point de vue du secteur communautaire canadien sur la traite des personnes, présente les observations suivantes :

  • « Des résultats particulièrement étonnants sont la jeunesse de beaucoup de victimes et la prévalence de la traite chez les femmes et les jeunes filles autochtones au Canada. L’ampleur des réseaux de traite opérant au Canada a également surpris, en matière d’intensité et de niveau d’organisation; des répondants ont décrit des réseaux étendus à tout le continent, incluant de grands centres métropolitains du Canada et des États-Unis, mais aussi de petites localités du nord de la Colombie-Britannique et des Prairies. »

Dans le cadre d'un Forum national sur la traite de personnes en 2012, le Conseil canadien pour les réfugiés a signalé une augmentation de cas reconnus de traite. Les participants de ce forum ont constaté que :

  • Des cas de traite existent à l'échelle nationale et internationale.
  • Les cas à l'échelle nationale viennent principalement des milieux socioéconomiquement faibles et des quartiers à risque.
  • La traite de jeunes âgés de 16 à 18 ans s'est amplifiée.
  • Les fournisseurs de services de première ligne ont vu une augmentation du nombre de cas de traite à des fins de travail forcé.

Flesh Trade (commerce sexuel), partie 2

Cette vidéo de la journaliste Jill Croteau du Global News Calgary démontre de quelle manière les enfants et les jeunes victimes de traite sont transférés de l'Alberta vers la Colombie-Britannique.

Flesh Trade (commerce sexuel), partie 2 lien audio

 

Cliquez ici pour aller à la page précédente. précédente suivant Cliquez ici pour aller à la page suivante.

 

 

Tous droits réservés © Province de la Colombie-Britannique, 2014