Facteurs qui rendent une personne vulnérable à la traite

vulnérables jeunesLes trafiquants cherchent des personnes qui sont vulnérables et donc plus faciles à exploiter. Les principaux facteurs – tant à l'échelle de la société qu'à l'échelle personnelle – qui causent ou contribuent à la vulnérabilité des personnes à l'égard de la traite sont les suivants :

  • Instabilité politique
    La guerre, les troubles civils, le conflit politique, la violence, l'anarchie et les catastrophes naturelles créent des conditions instables dans lesquelles les personnes peuvent vivre constamment dans la peur et ne disposer que de très peu d'options pour survivre et gagner leur vie. Les enfants peuvent être séparés de leurs familles et se retrouver sans parents ou tuteurs pour les protéger ou les conseiller.

    L'instabilité politique peut aussi entraîner une migration forcée où les personnes quittent leur foyer à la recherche de communautés plus stables ou sécuritaires. Cependant, au lieu de cela, elles peuvent se retrouver sans abri ou dans des établissements temporaires, sans travail, voire rejetées par leur communauté d'accueil, et sans leur famille proche et leurs réseaux sociaux. Les trafiquants profitent de ces situations désespérées.
  • Pauvreté
    La pauvreté engendre le désespoir. Les trafiquants ciblent expressément les communautés pauvres et marginalisées en faisant aux personnes vulnérables de fausses promesses d'une vie meilleure. Ces personnes vont probablement prendre plus de risques afin de subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs familles. Les populations autochtones de nombreux pays sont souvent marginalisées, ce qui peut entraîner leur vulnérabilité au recrutement par des trafiquants.
  • Racisme et héritage du colonialisme
    Le racisme et le colonialisme ont accentué la marginalisation des personnes, en particulier des populations autochtones. Les personnes victimes de racisme se heurtent à des barrières systémiques, telles que l'accès limité à l'éducation, au marché du travail, au logement et au crédit. Ces personnes, subissant une discrimination continue, courent plus de risque que les autres d'être victimes de la traite.

    Le colonialisme est une pratique par laquelle une nation acquiert, contrôle et domine un territoire étranger en vue d'exploiter ses ressources et ses populations. L'héritage du colonialisme a continué à influer sur l'ensemble des communautés, et les populations autochtones luttent pour exercer leurs droits civiques fondamentaux. Les trafiquants ciblent les personnes marginalisées en raison du racisme et du colonialisme, en tirant profit de leurs vulnérabilités.
  • Inégalité des sexes
    L'inégalité des sexes est la disparité entre les possibilités offertes aux hommes et aux femmes d'après le sexe. Dans de nombreuses cultures, les femmes sont considérées comme inférieures aux hommes, elles sont payées moins pour un travail équivalent, elles ont moins de droits, ont moins accès aux services de santé, à l'éducation et à la propriété. On s'attend à ce que les femmes soient soumises à l'homme : elles sont donc vulnérables au recrutement par des trafiquants.
  • Dépendances
    Les trafiquants utilisent la toxicomanie et les dépendances pour garder le contrôle de la personne victime de la traite. Certains trafiquants fournissent intentionnellement des drogues aux personnes vulnérables pour diminuer leur résistance et les contraindre plus facilement au travail forcé ou à la prostitution. Lorsqu'une victime de la traite devient dépendante à une substance précise, le trafiquant exploite cette vulnérabilité pour perpétuer le cycle de violence.
  • Santé mentale
    Les personnes atteintes de troubles mentaux font face à divers problèmes, notamment l'isolement, l'incapacité à exprimer leur consentement ou à donner un consentement éclairé, à évaluer les risques et à discerner les mauvaises intentions. Les trafiquants sont aptes à détecter ces vulnérabilités et à les manipuler pour ensuite s'en servir à leur avantage.
  • Affiliation à un gang
    Pour les gangs, l'exploitation d'hommes, de femmes et d'enfants est une activité lucrative et moins risquée que le commerce des armes ou de la drogue. Les membres d'un gang recrutent et exploitent des individus de diverses manières, y compris l'exploitation sexuelle, la mendicité, la vente dans la rue, la petite délinquance et la fabrication et le transport de drogues. Les gangs peuvent également contraindre leurs propres membres et leurs associés à commettre des crimes, à travailler, à fournir des services et d'autres activités contre leur volonté. Les femmes peuvent être affiliées à un gang en devenant la petite amie d'un membre du gang, puis être contraintes à accomplir des actes sexuels au sein ou à l'extérieur du gang. Souvent, on s'attend à ce que les enfants qui naissent dans des familles faisant partie de gangs prennent part aux affaires de la famille de la façon jugée nécessaire par le gang.

Mon Histoire: Je devais beaucoup d’argent à des organisations criminelles. J’ai été obligée par les membres d’un gang à commettre des crimes, notamment des fraudes bancaires en utilisant de fausses pièces d’identité à l’ouverture de comptes courants illégaux, et de la manipulation de systèmes bancaires en contractant des prêts. J’ai également commis des escroqueries à l’achat de voitures et de meubles, et pour l’obtention de prêts pour des entreprises commerciales. Il est arrivé qu’on me batte ou qu’on me menace si je ne rapportais pas une certaine somme d’argent. – Leann

  • Vulnérabilité en ligne
    Les trafiquants maintiennent une présence en ligne pour attirer les adultes et les enfants vulnérables dans l'espoir de les rencontrer en personne, de prendre et de diffuser des photos explicites et de contraindre ces individus à se plier à leurs demandes. Les trafiquants conservent souvent des photos ou des vidéos compromettantes des personnes exploitées pour consolider leur emprise; ils peuvent menacer de publier ces images en ligne ou de les envoyer à la famille et aux amis de la personne victime de la traite.

 

Cliquez ici pour aller à la page précédente. précédente suivant Cliquez ici pour aller à la page suivante.

 

 

Tous droits réservés © Province de la Colombie-Britannique, 2014