Demande de personnes victimes de la traite

Les acteurs de la lutte contre la traite estiment que la traite des personnes existe en raison de la demande pour de la main-d'œuvre et des biens à bon marché, ainsi que pour la prestation de services sexuels. Selon eux, la manière la plus efficace de combattre la traite est de supprimer la demande qui favorise l'exploitation d'hommes, de femmes et d'enfants.

Le Protocole contre la traite des personnes reconnait le rôle que joue la demande dans la traite. Le paragraphe 5 de l'article 9 du Protocole oblige les pays signataires à régler le problème de la demande de main-d'œuvre et de services :

« Les États Parties adoptent ou renforcent des mesures législatives ou autres, telles que des mesures d'ordre éducatif, social ou culturel, notamment par le biais d'une coopération bilatérale et multilatérale, pour décourager la demande qui favorise toutes les formes d'exploitation des personnes, en particulier des femmes et des enfants, aboutissant à la traite. »

Selon le rapport de l'Organisation internationale du Travail intitulé The Mekong Challenge Human Trafficking: Redefining Demand (PDF):

« Pour lutter de manière conventionnelle contre la traite des personnes, il faut s'adresser principalement aux personnes victimes de la traite, se concentrer sur leurs antécédents et les raisons pour lesquelles elles en sont arrivées là. Il faudra ensuite s'attaquer, très probablement, à une multitude de facteurs enchevêtrés, dont la pauvreté, la discrimination fondée sur le sexe et l'ignorance. Mais cette stratégie ne reflète pourtant qu'une partie de la situation. Plus exactement, en procédant ainsi, on ne cherche pas à comprendre la raison de leur exploitation. »

« Il faudrait adopter un point de vue plus approfondi pour traiter la question de la demande en cause de la traite des personnes dans les pays de destination. »

Le rapport a répertorié une série de questions à poser lorsque l'on se penche sur la question de la demande en vue de la réduire :

  • Qui sont les trafiquants, les recruteurs et les autres personnes impliquées?
  • Qui consomme les produits fabriqués ou les services rendus par les victimes de la traite?
  • Quels facteurs favorisent l'exploitation et la traite dans le plus grand secret?
  • Comment la demande mondiale de main-d'œuvre ou de biens bon marché et de services sexuels fait-elle naître et entretient-elle l'esclavage moderne?

Le Plan d'action national de lutte contre la traite de personnes du Canada mentionne également que la demande de services sexuels est l'une des causes contribuant à la traite : « Le gouvernement estime que la prostitution victimise les personnes vulnérables et que la demande de services sexuels est un facteur contributif à la traite des personnes. »

Dans la vidéo suivante, vous découvrirez comment des consommateurs potentiels (la « demande » en matière de prostitution et de traite) réagissent lorsque les « choses ne sont pas ce qu'elles semblent être ».  Attention – Le contenu de cette vidéo est explicite.

Vidéo créée par Duval Guillaume Modem et monodot en soutien à la campagne Stop the Traffik.

 

Cliquez ici pour aller à la page précédente. précédente suivant Cliquez ici pour aller à la page suivante.

 

 

Tous droits réservés © Province de la Colombie-Britannique, 2014